Wednesday, September 04, 2013

CRIMES, TROMPERIES ET ARCHITECTURE

Devant les maquettes de très vastes programmes immobiliers comme on en voit au Brésil, en Chine ou en Malaisie, je regarde toujours attentivement si un des maquettistes n'aurait pas introduit un petit détail déconnant - genre, un mec en train de pisser dans un coin ou un fille à poil dans un appartement - histoire de mettre un peu de vie dans ces présentations forcément trop parfaites et totalement aseptisées. Une recherche qui est, jusque là, restée toujours infructueuse, mais que vient combler aujourd'hui en partie le travail de la chinoise Xing Danwen avec ses micro-scènes de meurtres, de tromperies ou d'accidents automobiles extraites de sa jubilatoire série "Urban Fiction". 

On a juste envie qu'un jour un promoteur s'en inspire et présente un de ses programmes avec ces mises en scène totalement disruptives. La scène de meurtre ne fera certainement pas vendre beaucoup plus de logements, mais celle de l'amant quittant facilement l'appartement grâce à une architecture intelligement pensée autour de l'infidélité, pourquoi pas ? 

On retrouve dans ces scènes toute la magie et le mystère suscités par le travail d'artistes comme Gregory Crewdson (voir ) ou Anny Bennett (voir ), le tout dans une esthétique très proche de certaines oeuvres de Michael Wolf (voir ) ou d'Andreas Gursky (voir ).

Pour prolonger la réflexion sur l'esthétique de ces images, voir "le monde du train électrique comme modèle urbain ?"